Les Mondes de Clèm: Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

lundi 6 juin 2016

Songe à la douceur – Clémentine Beauvais


Il y a des romans qui attendent des mois avant d'être ouverts et ceux qu'on ouvre dès les cinq premières minutes. Il y a des romans qu'on lit pour passer le temps et ceux qui nous happent alors qu'on devrait travailler. Il y a des romans normaux et il y a Songe à la douceur. Comment décrire une telle merveille ? Par quelle magie de simples mots sur des pages peuvent-ils nous faire ressentir autant d'émotions ? Je sors toute chamboulée de cette lecture, qui dépasse de loin presque tout ce que j'ai lu auparavant.

Eugène, Tatiana. Nous suivons leur histoire, découvrons leur passé. Ce qui s'est passé, ce qui n'a pas été fait et ce qu'il reste à faire. Leurs portraits se tissent au fil des pages et nous emportent dans un ouragan de sentiments. Même si j'ai tourné la dernière page il y a plus d'une heure, j'aurais envie de le recommencer. De plonger à nouveau entre ces pages, de me noyer dans des mots si magnifiquement choisis. Autant dans le fond que dans la forme, chaque page est une oeuvre d'art. Car le plus étonnant est qu'il s'agit d'un roman écrit en vers libres du début à la fin et avec une mise en page extraordinaire qui a dû demander beaucoup de travail. Je suis admirative. C'est original et on s'adapte très rapidement à cette lecture si particulière. Il y a une raison derrière la position de chaque mot et l'histoire n'en est qu'enrichie.

J'aime cette histoire, ces personnages et cette manière de raconter. Merci Clémentine Beauvais pour ces minutes de bonheur passées en compagnie de Tatiana et Eugène. Malheureusement, les pages défilent à une vitesse folle. On aimerait qu'il en reste pour toujours, que la fin n'arrive jamais et qu'il y ait toujours de nouvelles surprises. Car cette histoire d'amour, aussi belle et déchirante soit-elle, nous réserve son lot d'étonnement. Dans ces moments, on reste accrochés aux phrases. Comme si sans elles, on ne pourrait pas continuer à respirer. C'est une nécessité : il nous faut savoir ce qui s'est passé, ce qui va se passer.

Il y a dans cette histoire tellement de moments qui m'ont donné une impression de déjà-vu. Pas le moins du monde par rapport à d'autres ouvrages, mais par rapport à la vraie vie. On sourit de ces ressemblances avec notre histoire personnelle, que la poésie des phrases sublime. Ces petits moments du quotidien qui sont capturés entre les pages et que l'on revit en même temps que les personnages. J'adore.

Il y aurait tellement de choses à ajouter, mais pour vous rendre compte de la vraie beauté de Songe à la douceur, rien ne vaut le fait que vous le lisiez. Découvrez par vous-mêmes ce roman extraordinaire, qui ne pourra pas vous laisser indifférents. Je souhaite de tout mon coeur que vous l'aimiez autant que moi.

Songe à la douceur sortira en août prochain, vous pourrez en savoir un peu plus sur le site web de Clémentine Beauvais ou sur la page facebook des éditions Sarbacane

6 commentaires:

  1. J'attends tellement ce livre !!!! Dès que je l'ai en août je me jette dessus :D

    RépondreSupprimer
  2. Ta chronique donne très envie de découvrir cette histoire ! Merci bcp ;)

    RépondreSupprimer
  3. J'attends avec impatience le mois d'août dans ce cas, Clémentine Beauvais est très douée !

    RépondreSupprimer
  4. Cette chronique m'a convaincu, le voilà sur ma PAL avant même sa sortie !

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de le lire. Bouleversant ! Je vais tout de suite dévorer les autres livres de cette auteure.

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de le lire. Tout simplement bouleversant ! ça m'a donné envie de lire tous les livres de cette auteure qui a une écriture fabuleuse. J'ai beaucoup aimé la façon dont tu en parles.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, j'adore avoir votre avis !